sitom

L’utilisation du compost mûr




L’utilisation du compost mûr
Au bout de 8 à 12 mois en moyenne, lorsque les déchets se sont transformés en une terre grumeleuse, friable, brun foncé, le compost est prêt à être utilisé. C’est le compost mûr, ressemblant au terreau et dégageant une odeur de sous-bois, qui contient un effet amendant et fertilisant. En principe, le compost mûr ne permet pas de reconnaitre le type de déchets initialement déposé.

Le compost mûr peut s’utiliser chaque année dans de nombreuses applications :
- incorporation de compost à la surface du sol (binage ou griffage) par l’étalage entre les rangées de légumes ou au pied des arbres et arbustes (ne pas enfouir profondément le compost)
- rempotage des plantes vertes ou semis par le mélange de compost et de terre,
- incorporation en surface des pots de fleurs d’une fine couche de compost

Le compost n’est pas du terreau ! Il faut éviter d’utiliser le compost pur mais l’associer avec de la terre (1/3 de compost et 2/3 de terre pour le rempotage, ou 1/4 de compost et 3/4 de terre pour les plantations) ou du sable.

Pour les semis, il est conseillé de tamiser le compost. Son utilisation sera alors plus aisée. Les refus de l’opération de tamisage peuvent être utilisés comme paillis ou être réintégrés dans le composteur pour terminer leur décomposition.

L’utilisation du compost mûr
Les besoins en compost varient selon le type de plantes et la richesse du sol en humus :

- inutiles pour les arbustes provenant de pays secs, les arbustes se trouvant sur un sol riche, les légumes n’ayant pas besoin de matière organique (ail, oignon, échalote, navet, radis, choux, plantes aromatiques…).
- nécessaires (1 à 3 kg/m²/an) pour les fleurs, les arbres fruitiers, les arbustes de sous-bois taillés fréquemment, et certains légumes (carottes, haricots, salades, betteraves, épinards)
- indispensables (3 à 5 kg/m²/an au printemps, au moment de la plantation, pendant la culture et à l’automne) pour de nombreux légumes (artichauts, aubergines, courgettes, concombres, courges, melons, épinards, poireaux, pommes de terres, potirons, tomates, maïs…), arbres fruitiers. Mais attention, il faut avoir la main légère !

Enfin, pour la pelouse, il est possible de répartir près de 10 kg/m² de compost avant le semis. Et pour l’entretien, 1 à 2 kg/m² de compost tamisé.

Idem pour les massifs floraux : plus de 5 kg/m² avant plantation, et près de 3 kg/m² lors de l’entretien sur l’année.

Remarque : Le compost « jeune » ne peut pas être utilisé lors des semis mais plutôt comme paillage.