sitom

Le compostage individuel




Le compostage individuel
On peut composter dans différents contenants (composteur acheté ou fabriqué soi-même) mais le processus de transformation des déchets verts et de la fraction fermentescible des ordures ménagères est identique.

Le compostage en tas, à l’air libre est la pratique la plus ancienne et la plus simple. Elle est adaptée lorsque le jardin est grand (1 000 m²) et lorsque les déchets sont nombreux. Ils sont regroupés sur le sol. Ils nécessitent de la surveillance en raison des animaux et des aléas climatiques pouvant freiner ou accélérer le processus de dégradation.


Le compostage individuel
Le compostage en bac (silo) s’effectue par le biais d’un composteur dont le volume sera proportionnel à la taille de la parcelle. Il s’adapte pour les jardins inférieurs à 1000 m². Cette démarche, plus esthétique et moins encombrante, permet d’obtenir un compost plus rapidement (moins de 6 mois).

Fonctionner en deux bacs peut s’avérer astucieux pour les opérations de retournement et de vidage.


Le compostage individuel
Le compostage en fût est recommandé lorsque le jardin est petit (moins de 200 m²). Le volume est plus réduit que les silos à compost. Il se développe surtout dans les périphérie des zones urbaines au sein des lotissements.

Il est aussi possible de fabriquer son propre composteur (avec couvercle mais sans fond !):
- composteur en bac à base de plusieurs palettes ou planches
- composteur en bois tressé : recours à des échalas de châtaigner, des perches d’osier ou des lianes souples
- composteur en grillage
- box en parpaings
- ...