sitom

Les règles d’or du compostage




Les règles d’or du compostage
Faire un compost ne demande pas beaucoup de temps. Une surveillance régulière est la clé du succès !! Un compost bien entretenu ne générera pas d’odeurs. Les conditions et les règles pour bien composter sont les suivantes :
  • Mettre les bons déchets
  • Mélanger les apports
  • Aérer le compost
  • Humidifier

Règle n°1 : Mettre les bons déchets


  DECHETS RICHES EN AZOTE (matière « vertes » ou humides ou à décomposition rapide) DECHETS RICHES EN CARBONE (matière « brunes » ou sèches ou à décomposition lente)
DECHETS DE JARDIN

- Tontes de pelouse
- Mauvaises herbes non grainées
- Fleurs et plantes fanées
- Feuilles fraiches
- Fougères
- Racines mortes

- Tailles de haies broyées
- Tiges et branchages broyés
- Pailles, foin
- Ecorces
- Feuilles mortes
- Herbes sèches
- Sciure de bois et copeaux non traités

DECHETS DE CUISINE

- Epluchures de légumes et de fruits
- Fanes de légumes et parties non utilisées
- Restes de légumes et de fruits possibles
- Fruits et légumes abimés
- Restes de repas d’origine végétale et périmé (pâtes, riz,…)
- Pain rassis coupé en morceaux
- Marc de café, filtres de café, infusettes, feuilles et sachets de thé

- Coquilles d’œufs broyées
- Coques de noix ou de noisettes concassées
- Croûtes de fromage

DECHETS DE MAISON

- Plantes d’intérieur (feuilles et fleurs fanées)
- Fibres naturelles (coton, laine, lin, soie)
- Plumes

- Cendres de bois (en très faible quantité)
- Textile 100% naturel (en coton, lin, jute, chanvre)
- Essuie-tout, mouchoirs en papier
- Papier non imprimé coupé
- Carton non imprimé coupé


Toute substance organique peut faire du compost. Mais certains peuvent créer des blocages dans le processus de compostage (dégradation trop lente), peuvent attirer des indésirables (rongeurs) ou être sources de mauvaises odeurs.



IL EST POSSIBLE DE METTRE CERTAINS DÉCHETS AVEC PRUDENCE! LES MATIÈRES QUE L’ON NE PEUT PAS COMPOSTER :
- les déchets de légumes et fruits malades, 
- les aliments gras : produits laitiers (fromages…), huiles de friture, restes de viande et de poissons, plats en sauce (ils attirent les rongeurs) 
- les sauces et graisses 
- les écorces d’agrumes (citron, orange, pamplemousse...)
- les os, arêtes, coquilles d’huitres ou de moules entières 
- le papier en couleur (magazines) 
- le bois traité et le contreplaqué 
- les litières (déchets d’animaux domestiques) 
- les médicaments et pansements 
- les couches-culottes 
- les mégots de cigarette 
- les plantes et végétaux traités 
- les résineux (thuyas, aiguilles de pin...) 
- les mauvaises herbes grainées (liserons, chiendent, oseille sauvage). 
- les feuilles épaisses, vernissées ou rigide (lierre, laurier, noyer, érable, frêne, camélia, rosier, cerisier, prunier...) 
- les sacs aspirateurs et balayures de la maison 
- les lingettes imprégnées de détergent et nettoyant 
- le charbon de bois ou de barbecue, la suie 

Les déchets qui ont une propriété minérale et synthétique (terre, sable, pierre, plastique, verre, métal, fer, huile de vidange…), et les déchets pollués ou toxiques sont à écarter du composteur ! Ils ne se dégradent pas naturellement !

Règle n°2 : Equilibrer les apports de déchets

Bien équilibrer les apports de déchets signifie alterner des couches de :
− matières carbonées et azotées,
− matières sèches et humides,
− matières grossières et fines,
− matières rapides à décomposer et matières à décomposition lente.

En théorie, un compost doit avoir un rapport carbone/azote (C/N) de 30 (1 part d’azote pour 30 parts de carbone). Cela signifie qu’il faut :
- mélanger une égale quantité de matières carbonées (sèches) et azotées (humides)
- ou mélanger 1/3 de matières carbonées et 2/3 de matières azotées.

S’il y a un décalage dans les proportions, les conséquences seront néfastes :
- trop de matières sèches : les bactéries sont privées d'eau et d'azote essentielles à leur vie. Elles ne peuvent pas dégrader les déchets.
- trop de matières humides (ex : trop de tontes de gazon) : le compost va se tasser, bloquant la circulation de l'oxygène. Le tas de compost va donc fermenter et pourrir, source de mauvaises odeurs.

Règle n°3 : Aérer le tas de déchets

Les règles d’or du compostage
Il se traduit par un brassage régulier du compost (une ou deux fois par mois) les matières contenues dans le composteur. C’est simple : un outil de retournement suffit. Cela peut être une fourche, ou un aérateur de compost

Les règles d’or du compostage
Les décomposeurs ont besoin d’oxygène pour accomplir leur mission ! S’il n’y a pas d’oxygénation, les déchets vont fermenter ce qui n’aboutira pas au processus de compostage. Le mélange permet donc d’éviter le tassement, assure une bonne transformation du compost et garantit contre les mauvaises odeurs.

Le retournement doit intervenir sur une couche jusqu’à 20 cm de profondeur pour ne pas inverser la faune se trouvant dans les étages du compost.

Règle n°4 : Humidifier le tas de déchets

En période estivale, ou lors de l’ajout d’une grosse quantité de déchets « secs », il est recommandé d’humidifier le compost (surtout dans la méthode de compostage en bac) pour éviter que le processus de dégradation ne s’arrête ! Lorsque vous prenez une poignée de compost, quelques gouttes doivent simplement couler entre vos doigts !
Attention aux excès !! Trop d’humidité freine l’aération du compost.