sitom

Les couches lavables, c’est possible !




Partager votre expérience

Des estimations de production de déchets issus des couches jetables sont assez répandues. Elles s’accordent globalement sur le fait qu’un enfant en bas âge produit sur 2,5 ans près d’une tonne de déchets non recyclables (recours à 6 couches en moyenne par jour). Les couches jetables représentent un poids important dans le bac d’ordures ménagères.
Au niveau du SITOM, cela représenterait près de 3 878 tonnes de déchets non recyclables sur 2,5 ans pour la même génération. La production annuelle d’un enfant est de 400 kg, soit plus de 1 550 tonnes par an à l’échelle du syndicat !

Les couches lavables, c’est possible !
L’impact des couches jetables se trouve d’une part sur un plan écologique : ressources naturelles en grande quantité, processus de fabrication, conditionnement, transport, traitement, temps de dégradation… Selon FNE, les couches jetables produisent 4 fois plus de déchets que les couches lavables.

De même, contrairement aux idées reçues, les couches lavables requièrent une moindre utilisation d’eau et d’énergie à condition de respecter les consignes d’entretien, sans compter le caractère biodégradable de certaines de leurs parties. L’aspect pratique a été considérablement amélioré !

D’autre part, un gain économique sur l’utilisation de couches lavables est constaté : 1 000 € d’économies sont réalisées en moyenne par rapport aux couches jetables de marque, auxquelles il faudrait ajouter le devenir du déchet provenant de ces dernières (collecte, traitement...). Les couches lavables sont donc 2 à 3 fois moins chères !



Quelques adresses pour en savoir plus et se procurer des couches lavables



couches_a4_1.pdf Affiche témoignage.pdf  (848.71 Ko)

Estelle, utilisatrice, commune de Brignais, avril 2012 : « Mon entourage s’est bien approprié le fonctionnement des couches lavables, système garant d’une bonne hygiène de vie pour mes enfants ». ▼

Depuis quand êtes-vous utilisatrice de couches lavables et quelles ont été les motivations ?

Utilisatrice de couches lavables depuis la naissance de ma fille fin 2009, j'ai découvert le concept sur internet (sites de produits biologiques et écologiques pour bébés où figurent des études et témoignages divers).
Les aspects écologique (réduction des déchets produits par le foyer) et sanitaire (diminution du contact avec les produits chimiques présents dans les couches jetables) m'ont fortement interpellée et incitée à m’orienter vers l’utilisation de couches lavables.
Par cette démarche, c’est une façon de garantir à mes enfants une bonne hygiène de vie.

Pourriez-vous décrire le système des couches lavables, ainsi que les avantages et inconvénients par rapport aux couches jetables ?

Le système est simple. Il est nécessaire de laver les couches 3 fois avant utilisation afin d'optimiser leur absorption. Pour ma part, j'utilise au total 20 couches, ce qui représente une machine tous les 3 jours en prenant en compte le temps de séchage. Les lavages sont portés à 40 ou 60° en alternance. J'utilise aussi des paillettes de savon de Marseille. La charge de travail n'est pas conséquente, il suffit de trouver une nouvelle organisation quotidienne !
Certes, les couches lavables nécessitent un change un peu plus fréquent pour diminuer les risques de fuite. Il faut aussi prévoir une taille de body plus grande. Elles sont un peu plus imposante mais sans risque pour les hanches. Il faut aussi penser à prévoir un budget à l'achat, somme assez conséquente
Mais l’investissement initial est vite rentabilisé (coût élevé des couches jetables). J'utilise en plus des lingettes lavables et des couches de piscine lavables, ce qui optimise encore mes dépenses. De plus, les couches lavables ont une durée de vie qui permet de les utiliser pour mon second enfant. Ma poubelle, non envahi de couches, contient peu de déchets. Un autre avantage est le confort de ne pas être encombré de cartons de couches au moment des courses ! Enfin, au niveau de l’hygiène, mes enfants ne sont pas en contact avec des produits chimiques. Aucune gêne et aucun érythème fessier n’ont été constatés pendant plus de 2 ans d’utilisation.
Conclusion : il y a beaucoup plus d’avantages que d’inconvénients pour les couches lavables !

Quelle est la perception de cette démarche auprès de votre entourage ?


Mon entourage a d'abord été surpris par ma démarche en s’interrogeant sur l’investissement et surtout sur l’utilisation quotidienne des couches lavables. Sur un plan financier, mon compagnon n’y a vu que des intérêts mais il a tenu à me souligner qu'il ne s'occuperait pas du lavage.
Aujourd'hui, il change ses enfants et fait tourner les machines de couches lavables aussi bien qu'il les étend et les range. Nos familles les utilisent sans problème et les lavent si nécessaire. Certains sont désormais convaincus, y compris des amies qui en sont très satisfaites.

Quels conseils fourniriez-vous auprès de familles pour les inciter à utiliser les couches lavables ?

Lire des études et aller sur certains forums pour y trouver des informations et réponses est une première étape.
Investir dans quelques couches pour démarrer progressivement est une bonne démarche pour voir si cette solution convient et voir comment elles sont perçues par le service petite enfance ou l'assistante maternelle.
Beaucoup de couches d'occasion sont disponibles, pourquoi pas.
Il peut être également utile de présenter les couches à l'entourage afin de voir qu’elles ne sont plus comme celles qui s'utilisaient il y a quelques décennies pour lever les idées reçues.


Cécile, ancienne utilisatrice, commune de Brignais, septembre 2012, « Il faut trouver le meilleur mode d’organisation pour fonctionner en couches lavables » ▼

Depuis quand êtes-vous utilisatrice de couches lavables et quelles ont été les motivations ?

J’ai utilisé les couches lavables pour mes deux derniers enfants. Cela a commencé à cause des érythèmes à répétition dues aux couches jetables. Au début je n’avais qu'un petit stock de couches lavables dont je me servais pour les périodes de crises. Le reste du temps, je gardais le principe des couches jetables mais écologiques. Cela restait très cher !

Au premier anniversaire de mon quatrième enfant, j'ai décidé de passer aux couches lavables. En effet, le budget « couches » devenait ingérable et il n'était pas question de revenir aux couches chlorées classiques.

Bien que sensible aux problèmes environnementaux, les raisons de changement sont d’abord d’ordres sanitaires et économiques, car je mets vraiment en balance les déchets et les consommations d'eau, d'énergie et de solvants liés à l'utilisation des couches lavables...

Pourriez-vous décrire le système des couches lavables, ainsi que les avantages et inconvénients par rapport aux couches jetables ?

J’avais trois sortes de modèle de couches. Des « tout en un » pour les sorties, des très simples (un insert rectangulaire comme une grande serviette hygiénique et une culotte en plastique à pressions réglables pour les bébés de 4 à 12 kg) et enfin, des hyper conforts (culotte intérieure en bambou et shorty extérieur pour épargner les bobos aux cuisses de l’enfant).

Je crois qu'il faut absolument avoir plusieurs formes pour éviter les irritations qui peuvent être assez fréquentes même si elles sont moins fortes qu'avec des couches classiques.

Il faut changer les enfants toutes les deux heures pour leur confort comme pour éviter les fuites.
Toutefois, la gestion du lavage et du séchage est très facile. Avec deux enfants en couches lavables, la machine tournait tous les jours. Il est nécessaire d’avoir un sèche linge pour ne pas décorer le salon d’étendages de couches et il ne faut pas utiliser d'adoucissant. Il est aussi nécessaire de nettoyer à la main les tâches sous peine de les voir rester.

Des odeurs peuvent être forte dans le sceau pour le stockage des couches ; la solution est de mettre des gouttes d’huiles essentielles.

Quelle est la perception de cette démarche auprès de votre entourage?

Pour ce qui est de l'entourage, personne n’a vraiment compris ce changement. Mon mari était d'accord au départ mais il ne s'en ait quasiment pas servi ensuite et il était sensible à la présence des selles.

Quels conseils fourniriez-vous auprès des familles pour les inciter à utiliser les couches lavables ?

Je trouve que c'est un acte militant que de n'utiliser que des couches lavables. Je ne suis pas sure que cela soit toujours approprié (ex : longs trajets, nuits...) et ensuite je pense que les personnes doivent s’adapter pour trouver le meilleur mode d’organisation.

Je ne regrette pas ce passage en couches lavables mais n'avais pas du tout envie de prolonger. En même temps, j'ai passé cinq années de suite dans les couches...

Si j'avais un cinquième les ré-utiliserais-je? Oui mais en combinant malgré tout avec des couches classiques. En revanche, à la crèche, c’est inutile car je préfère que mes enfants passent un maximum de temps avec le personnel (plutôt que ce dernier soit fréquemment dans l'intendance).

Céline, utilisatrice, commune de Saint Maurice sur Dargoire, octobre 2012 : « Je suis passée aux couches lavables pour des raisons économiques et écologiques » ▼

Depuis quand êtes-vous utilisatrice de couches lavables et quelles ont été les motivations ?

Je suis utilisatrice de couches lavables depuis la naissance de ma fille. Ma fille avait souvent les fesses rouges et par soucis d'économie et d'écologie, je suis passée aux couches lavables.

Pourriez-vous décrire le système des couches lavables, ainsi que les avantages et inconvénients par rapport aux couches jetables ?

Après avoir testée différents types de couches lavables au début, j'utilise depuis les couches de marque « Bambino Mio » (langes carré qui peuvent être pliés).

L’avantage principal est qu’il n’y a pas d’allergies, de fesse rouge !!! J'ai acheté les couches lavables sur internet sur des sites où les prix (de 0 à 2 ans) sont bien moins chers que des couches neuves. Afin de réaliser un roulement, je dispose d’une dizaine de couches par taille. Un autre avantage est que je possède toutes les couches pour le second bébé.

Je n'utilise pas de sur-couches plastique, mais je rencontre des problèmes de fuites avec les collants et calçons trop moulants. Il faut donc prendre une taille au dessus même pour les body et pyjamas. Je trouve aussi que les velcros irritent parfois le bébé quand il devient plus grand et qu'il bouge plus. Il faut aussi que le bébé soit changé toutes les 2 heures.

Il est vrai qu’avec le système en couches lavables, il faut plus de temps pour les opération de pliage et de lavage des couches. Pour la lessive, il faut faire attention au poids dans la machine à laver, puisque les couches trempées sont lourdes ! J'utilise de la lessive « bio » et des noix de lavages ou de la lessive de cendre. Cela n’est pas polluant et peu onéreux. Je lave assez chaud, à partir de 60°C, avec ajout de blanchissant.

Enfin, de temps en temps, il faut décrasser les couches des crèmes utilisées : pour cela je réalise un liniment.

Quelle est la perception de cette démarche auprès de votre entourage?

Mes parents et beaux-parents achètent des couches jetables lorsqu’ils reçoivent ma fille mais ils reconnaissent qu’elle n'a pas de problèmes de peau. Je trouve que la curiosité est plus forte chez la jeune génération. J'ai également des amies qui se mettent aux couches lavables mais qui sont freinées ou renoncent à cause de la nounou, de la crèche ou encore de l’absence de motivation du conjoint.

Quels conseils fourniriez-vous auprès des familles pour les inciter à utiliser les couches lavables ?

Au-delà de l’aspect écologique, fonctionner avec les couches lavables réclame un peu d’organisation ! Il faut aussi prendre du temps pour les lessives et le séchage mais aussi avec la nounou.
Les économies sur l’utilisation des couches lavables sont réelles d’autant plus si l’on fait sa propre lessive ou son liniment, ou encore si l’on utilise des balles de lavage.

Karine, ancienne utilisatrice, commune de Saint Symphorien d’Ozon, novembre 2012 : « Rechercher le meilleur système de couches lavables est impératif » ▼

Depuis quand êtes-vous utilisatrice de couches lavables et quelles ont été les motivations ?

J’ai utilisée les couches lavables à partir des 5 mois de ma fille jusqu’à sa propreté.

Pourriez-vous décrire le système des couches lavables, ainsi que les avantages et inconvénients par rapport aux couches jetables ?

Il existe plusieurs systèmes de couches lavables, notamment les « intégrales » (couplant partie absorbante et perméable) et les couches dites « classiques » (absorbantes) auxquelles on ajoute une culotte (qui assure la perméabilité).

Les avantages des couches lavables sont à la fois écologiques, économiques mais aussi esthétiques.
Cependant, le fonctionnement en couches lavables nécessite un tout petit peu plus d'organisation et de temps.

Quelle est la perception de cette démarche auprès de votre entourage?

Au début, c’est la surprise qui domine mais avec les échanges et les explications, cela devient positif.

Quels conseils fourniriez-vous auprès des familles pour les inciter à utiliser les couches lavables ?

Avant de se lancer dans l’utilisation des couches lavables, il faut bien se renseigner (forums, associations,...). Dès que le pas est franchi, il faut essayer plusieurs systèmes pour trouver celui qui convient le mieux (pas de fuites...). D’ailleurs, il ne faut pas hésiter à acheter/revendre d'occasion (c’est une démarche « écono-écologique » !). De façon complémentaire aux couches lavables, il est adapté de se procurer une lessive de type BIO sans glycérine.

Séverine, ancienne utilisatrice, commune de Sainte Catherine, novembre 2012 : « Les couches lavables sont saines et génèrent beaucoup moins de déchets » ▼

Depuis quand êtes-vous utilisatrice de couches lavables et quelles ont été les motivations ?

J’ai utilisé les couches lavables sur une durée de 6 ans. Je ne voulais pas fonctionner en couches jetables en raison de la quantité de déchets produits et surtout je souhaitais éviter le contact avec les produits chimiques.

Pourriez-vous décrire le système des couches lavables, ainsi que les avantages et inconvénients par rapport aux couches jetables ?

J’ai utilisé les couches lavables de la marque « POPOLINI », composées d’une couche en coton et d’une surculotte avec papier absorbant. Un roulement de 20 couches était suffisant pour un enfant.

Les avantages des couches lavables résident dans l’absence de mauvaises odeurs et sur la disponibilité permanente de couches (pas de stock de couches jetables, pas d’achats réguliers, pas d’encombrement...).
L’inconvénient que j’ai relevé sur l’utilisation des couches lavables se situe lors de situations en extérieur : chez des amis ou en vacances, il n’est pas facile de les stocker et surtout de les laver. De plus, il est aussi parfois difficile d’enlever les tâches de selles : pour remédier à cette difficulté, j’employais du détachant (fiel de bœuf). En été, je faisais sécher les couches au soleil et en hiver, le sèche linge est un allié précieux !

Quelle est la perception de cette démarche auprès de votre entourage?

Il n’y a pas trop de compréhension de la part de l'entourage, ce qui est dommage car l’utilisation des couches lavables est bénéfique à plusieurs niveaux !

Quels conseils fourniriez-vous auprès des familles pour les inciter à utiliser les couches lavables ?

Pour franchir le pas, voici des arguments sans appel : sain, pas de mauvaises odeurs, pas de produits chimiques.

Estelle, utilisatrice, commune de Saint Maurice sur Dargoire, décembre 2012 : « Le côté contraignant des anciennes couches lavables ne doit plus nous faire peur » ▼

Depuis quand êtes-vous utilisatrice de couches lavables et quelles ont été les motivations ?

Je suis utilisatrice de couches lavables depuis la naissance de mon deuxième enfant, soit 21 mois. Les motivations sont à la fois écologiques et économiques. L’investissement au départ peut sembler important mais il est très vite rentabilisé. De plus, le nombre élevé de produits chimiques dans les couches jetables m’a donné envie de trouver une alternative plus saine pour mon fils et pour l’environnement.

Pourriez-vous décrire le système des couches lavables, ainsi que les avantages et inconvénients par rapport aux couches jetables ?

A première vue, le monde des couches lavables peut faire peur car il existe de nombreuses matières (coton, chanvre, tencel,…) et de nombreux systèmes :
- Les couches « tout-en-un » (TE1) : c’est le système le plus proche des couches jetables puisque tout est cousu en un seul morceau (partie absorbante + imperméable). Il existe dans ce modèle une version « à poche » qui permet de séparer la partie absorbante de la partie imperméable pour un séchage plus rapide.
- Les couches « tout-en-deux » (TE2) : ici, la partie absorbante est fixée avec des pressions, le plus souvent sur la partie imperméable afin de ne changer que le noyau absorbant.
- Les couches « tout-en-trois » (TE3) : elles sont constituées d’une culotte en coton, d’un hamac imperméable et d’une partie absorbante.
- Les couches lavables classiques : uniquement en matière absorbante, elles nécessitent l’utilisation d’une culotte de protection pour l’imperméabilité.
- On peut aussi utiliser des langes, qui ont aujourd’hui bien évolué.
Pour ma part, j’utilise et essaie plusieurs systèmes (TE1, TE2 et TE3).

Quelle est la perception de cette démarche auprès de votre entourage?

Les retours négatifs sont globalement très faibles. Au début, l’étonnement était présent. Mais mes amies déjà maman utilisent pour la plupart des couches lavables. Tandis que d’autres « non maman » sont soit intéressées par le système, soit ignorent le fonctionnement des couches lavables qui leur fait peur.

Quels conseils fourniriez-vous auprès des familles pour les inciter à utiliser les couches lavables ?

Il faut reconnaître que les couches lavables de nos « grands mères » n’ont aucun rapport avec celles d’aujourd’hui ! La machine à laver est un allié de taille !
Avant de se lancer, il peut être intéressant de trouver un magasin, une association, une amie pour voir le mode de fonctionnement !

Si le choix des couches lavables peut s’avérer délicat, on peut très bien au départ faire un « mix » entre les couches jetables et lavables. Il ne faut pas se mettre la pression !

Il faut éviter de prendre des lots complets avec le même modèle de couches lavables, les tailles sont différentes selon les marques, et toutes ne sont pas adaptées à la morphologie de l’enfant. De même, il n’est pas sûr que les couches lavables utilisées pour un aîné conviennent pour le cadet. Les couches d’occasion peuvent très bien fonctionner, d’autant qu’elles sont bien moins chères. Il semble adapté de disposer de 20 couches lavables pour fonctionner à 100% en couches lavables.

Pour le lavage, il faut éviter d’utiliser une lessive avec glycérine qui encrasse les couches (perte de leur absorption), et éviter de mettre un assouplissant.

Personnellement, je ne vois pas le côté « contraignant ». J’ai fait le choix de laver séparément les couches. Je fais ainsi une lessive tous les 3 jours environ mais on peut aussi décider de laver les couches avec le reste du linge.

Mélanie, assistante maternelle, commune de Millery, janvier 2013 : « Essayer les couches lavables, c’est les adopter ! ». ▼

En tant qu’assistante maternelle, depuis quand utilisez-vous les couches lavables?
Je fonctionne avec des couches lavables depuis environ 3 ans, avec deux familles différentes.

Pourriez-vous décrire le système des couches lavables, ainsi que les avantages et inconvénients par rapport aux couches jetables ?

Avec la première famille, le système reposait sur une « couche évolutive » (par le biais de « Bébés lutins ») : une couche dans laquelle on ajoute un insert et une feuille de papier biodégradable ou une pièce de micropolaire qui s'adapte à l'enfant jusqu'à la propreté. Par dessus cette couche s’ajoute une culotte de protection.
Avec l'autre famille nous utilisions le système appelé TE1 (type « Grovia ») dans lequel nous ajoutions aussi une feuille de papier biodégradable ou une pièce de micropolaire. Ce sont aussi des couches qui s'utilisent de la naissance à la « propreté ».

Les avantages de ces couches sont les suivants : moins de déchets, plus confortable, matériaux de la couche plus sains, enfants propres en moyenne plus tôt que les autres, cohérence en terme de démarche écologique et de consommation dans les familles et à mon domicile.

Des inconvénients, je n’en vois pas. Comme pour les couches jetables, les enfants doivent être changés en moyenne toutes les trois-quatre heures en journée, en cas de maladie, on change les enfants dès que la couche est sale, et il peut y avoir de temps en temps des fuites.

Pour la journée, je préfère le modèle TE1 qui est moins encombrant que la couche évolutive. Celle-ci est plus adaptée la nuit grâce à sa capacité d'absorption plus élevée (on peut ajouter des inserts).

Quelle est la perception de cette démarche auprès des autres familles n’utilisant pas de couches lavables et celles d’ assistantes maternelles collègues ?

Chez les autres familles, je constate de la curiosité même si elles n’envisagent pas de passer en couches lavables...

Au niveau des collègues, cela dépend de la génération : pour les plus âgées, le refus est catégorique car elles vivent ça comme un retour en arrière (alors que ce n’est pas le cas !), et pour les plus jeunes cela fait sourire mais il n’y a pas de volonté de fonctionner avec les couches lavables.

Quels conseils fourniriez-vous auprès des assistantes maternelles et des familles pour les inciter à utiliser les couches lavables ?

« Les essayer c'est les adopter ! » Il faut commencer petit à petit, ne pas se décourager les premiers jours. Il faut également laisser les préjugés de côté, oublier ce que l'on sait des couches lavables ancienne génération.

Enfin, comme l’utilisation des couches lavables m’a convaincue, je vais prochainement utiliser les couches lavable pour mon enfant !

Malika, ancienne utilisatrice, commune de Saint Sorlin, février 2014 : « Fonctionner en couches lavables, une habitude à prendre ! ». ▼

En tant qu’assistante maternelle, depuis quand utilisez-vous les couches lavables?
Depuis 2003, et mes motivations sont écologiques !

Pourriez-vous décrire le système des couches lavables, ainsi que les avantages et inconvénients par rapport aux couches jetables ?

Le système que j’utilisais était le suivant : des couches en coton très simples à utiliser avec un insert en « papier » qui était jeté aux toilettes quand il y avait une selle et qui était lavé plusieurs fois quand il était seulement mouillé. Nous avions un seau spécial pour faire tremper les couches avec des huiles essentielles pour désinfecter et désodoriser. Il suffisait ensuite de mettre le tout à la machine...

Au niveau du foyer, les avantages se situent à la fois sur la réduction de l’impact écologique (pas de couches à la poubelle) et sur la réalisation d’économies (évitement d’achat des couches jetables, réutilisation des couches lavables,...). Il est vrai qu’il faut un peu de temps pour fonctionner en couches lavables avec les phases de lavage et d’étendage, mais ce sont des habitudes à prendre !

Quelle est la perception de cette démarche auprès des autres familles n’utilisant pas de couches lavables et celles d’ assistantes maternelles collègues ?

Cela dépend des personnes... la curiosité domine et parfois un peu d'incrédulité mais une fois la simplicité d'utilisation expliquée on reçoit de l'intérêt ! Cela a même influencé certains amis ou membres de la famille !

Quels conseils fourniriez-vous auprès des assistantes maternelles et des familles pour les inciter à utiliser les couches lavables ?

L’idéal est de s'équiper d'un nombre suffisant de couches pour pouvoir tourner tranquillement. Au préalable, il faut essayer le modèle ou bien se renseigner car il faut bien trouver celui qui correspond au bébé pour éviter les fuites. De plus, il est nécessaire d’utiliser des inserts supplémentaires pour la nuit. Enfin, il ne faut pas hésiter à mixer couches jetables écologiques pour les déplacements ou la garde et couches lavables à la maison.